Musique : « Cure » le premier album d’Eddy De Pretto


Musique / samedi, mars 3rd, 2018

Je vous avais déjà parlé d’Eddy De Pretto dans un précédent article vous présentant les artistes à suivre en 2018 et bien voici qu’il sort son premier album !

Qui est Eddy de Pretto ?

Eddy est auteur-compositeur-interprète, un artiste complètement investit dans la musique donc. Après avoir pris des cours de chant, de théâtre, de piano et de technique vocales durant une bonne partie de son enfance, il intègre l’Institut supérieur des arts de la scène de Paris.

Il a déjà remporté plusieurs prix dont le prix des Inouïs du Printemps de Bourges. Il est également lauréat des InRocksLabs2016 et nommé dans la catégorie « Révélation scène de l’année » aux Victoires de la musique 2018.

Originaire de Créteil, il rend hommage à sa ville natale dans la chanson Beaulieu. Il explique dans une interview que Paris a toujours été un objectif pour lui durant ses études.

Eddy de pretto cure

Des thèmes de société

A l’écoute de l’album on remarque tout de suite différents thèmes qui ressortent :

L’injonction à la virilité

La chanson Kid parle notamment de la manière dont il a été élevé, il parle à un enfant de la même manière dont on lui a parlé enfant. Il explique dans une interview des Inrocks « Il y avait ces codes là (de la virilité) qui m’ont amené à penser – par les injonctions non-dites, inconscientes – que je devais être comme ça en tant qu’homme, et que les failles, genre pleurer ou jouer à la poupée ou simplement danser sur les Spice Girls, étaient interdites ou devaient être cachées.” Il essaie au travers de cet album de montrer l’absurdité de ces idées.

Les relations amoureuses

Dans sa chanson Le quartier des lunes, Eddy De Pretto dénonce l’emprise que certains hommes essayent d’avoir sur leur partenaire, par la violence et même par les mots. Toujours dans cette idée de virilité dominante. Par là il parle aussi d’homosexualité. Dans le titre Normal il répond à ceux qui pointe du doigt son orientation sexuelle. Enfin, dans la chanson Desmurs il parle de sa difficulté à exprimer ses sentiments dans une relation amoureuse. Cela qui est peut-être aussi lié à la peur d’être trompé exprimée dans la chanson Honey.

L’apparence

Son album parle également de mensonge, de paraître de cette société dans laquelle tout est une question d’image. Il se dénonce lui-même comme étant membre de ceux qui ont cherché à plaire par leur apparence avant tout. Il parle aussi de musculature quasi imposée dans Genre. Il explique dans une interview : « Pour les hommes, il y a en permanence – du moins, c’est comme ça que je le ressens – une injonction à entrer dans ce moule. C’est un peu comme pour les filles qui, selon les normes des magazines beauté, se doivent toutes d’être minces. Si tu veux être un gars et briller dans la société d’aujourd’hui, tu dois être hyper musclé, hyper teinté et brillant. »

La dépendance aux autres, à la drogue

Jimmy, la chanson parlant de son dealer, parle de la dépendance qu’il a créé. Une dépendance non seulement vis à vis de la drogue mais aussi vis à vis de cette personne. Non pas comme une relation amoureuse mais comme celui qui sauvait ses « soirées » et faisait « briller » les fêtes.

Sa mère

Eddy de Pretto explique que « ‘Mamere’ est un texte écrit du point de vue d’un enfant. C’est moi petit qui demanderais à ma mère de me donner les clés, les secrets, les chemins pour arriver à m’ouvrir aux autres, à accepter une part de sensibilité, de tendresse. Je lui demande comment faire et comment ma mère a fait pour ne jamais me montrer tout cela. »

 

Au final ça donne quoi ?

J’ai beaucoup aimé cet album, les sujets sont très intéressants et me touchent particulièrement. Les textes sont interprétés avec beaucoup d’émotion ce qui donne un ensemble très fort.

Alors oui on vous le recommandera sans doute à plusieurs reprises. L’idéal serait de l’écouter dans un endroit calme ou bien même sur le trajet de retour du travail. Le tout est de se concentrer sur les paroles et de bien saisir le fond du texte. La forme quant à elle est aussi très plaisante. On peut très bien l’écouter sans s’attarder sur le sens mais ce serait bien dommage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *